Identifiez-vous > Pass oublié ? 
  QUE CHERCHEZ-VOUS 
Rechercher
S'identifier
 Votre Identifiant
 Votre Mot de passe
S'identifier
Mot de passe oublié ? Cliquez ici
Vous ne disposez pas encore de COMPTE CLIENT ?
Je suis professionnel
 
Newsletter Pépinières
Questions / Nous contacter
Commander en ligne, l'expédition, le paiement, devenir client ?
Questions / Réponses
 
Nous contacter
Questions, Conseils ?
S'identifier
 Votre Identifiant
 Votre Mot de passe
S'identifier
Mot de passe oublié ? Cliquez ici
Vous ne disposez pas encore de COMPTE CLIENT ?
Je suis professionnel
 

› La taille

› Elaguer les arbres
Les principes de l’élagage
Les arbres seront élagués dans leur période de repos de façon à ce qu’ils soient débarrassés de leurs bois morts et se déploient dans une forme stylisée. Sous réserve de faire intervenir un professionnel, quelques principes élémentaires sont à observer.

Les bois à couper
L’élagage consiste principalement à réduire les ramures d’un arbre ou d’un grand arbuste trop touffu. Il s’agit donc d’une intervention légère où les branches seront coupées à un tiers de leur longueur avec une petite tronçonneuse ou une scie d’élagage.
La ramure sera notamment aérée et rajeunie en supprimant les branches les plus anciennes. S’il s’agit de grosses branches, il faut préalablement les attacher à une corde pour guider leur chute sans casse.
Si le sujet n’a pas été entretenu, l’élagage ne sera pas intégral dès la première année mais prolongé sur les 2 ou 3 années suivantes.

Une frondaison à éclaircir ou à épaissir
L’élagage doit permettre de diriger la croissance de l’arbre de sorte qu’il garde une forme et des proportions acceptables.
Si le branchage est très touffu, il est possible de l’éclaircir. Les pousses secondaires seront supprimées au plus près de la branche principale avec un élagueur ou un échenilloir selon la disposition et l’épaisseur des branches.
Inversement, si la frondaison est clairsemée, il faut tailler l’extrémité des branches pour stimuler les bourgeons d’extrémités. Cette opération est réalisée à l’aide d’un croissant ajusté au haut d’une perche en prenant garde à la chute des rameaux.

Faciliter la cicatrisation
Elaguer ne veut pas dire tailler en pièce ou arracher. Les coupes doivent être nettes. Si besoin, on réajuste avec la serpette de façon à ce que les sections des grosses branches ne présentent ni lambeaux, ni tissus hachés.
Le tronçon doit alors être recouvert d’un mastic ou d’un produit cicatrisant qui empêchera les parasites, champignons et insectes de s’infiltrer dans le système vasculaire de l’arbre.

Récapitulatif du matériel pour chaque étape de l’élagage
- Petite tronçonneuse
- Scie d’élagage
- Elagueur
- Echenilloir
- Croissant
- Serpette
- Produit cicatrisant


› Préparer la taille des arbres fruitiers
Les opérations préliminaires à la taille des arbres fruitiers
La taille des arbres fruitiers doit être préparée. Au début de l’automne, il convient de supprimer les bois morts facilement repérables.
En aucun cas, il ne faudra tailler les arbres fruitiers à cette époque stratégique où ils reconstituent leurs réserves, mais ne sont ni endormis, ni assez actifs pour cicatriser correctement.

Supprimer les fruits momifiés et branches mortes
Tous les fruits pourris, dits momifiés, restés sur l’arbre sont vecteurs de parasites et de maladies. Il faut donc les rechercher attentivement et les éliminer.

Pour les branches mortes, elles peuvent être anormalement nombreuses. Elles sont alors le signe d’une maladie ou d’un arbre âgé qui fera l’objet, l’hiver venu, d’un rajeunissement.

Lorsque les branches mortes apparaissent dans des proportions raisonnables, ce n’est que le phénomène de régénération naturelle de l’arbre. L’auto-élagage correspond à une taille spontanée de l’arbre qui vous indique de quelles branches il veut se séparer et comment il veut s’en séparer.

Bien souvent, les bois morts se retrouvent dans les parties de l’arbre trop fournies, qui manquent de lumière et d’air. L’arbre pratique de lui-même un éclaircissage. De plus, les vieilles branches chargées de fruits ont ployé sous leur poids et pendent de plus en plus vers le sol. Elles finiront par sécher.

Il faudra donc s’appliquer à éclaircir l’arbre et à supprimer les plus vieilles branches lors de la taille. En amplifiant son mouvement, on aide l’arbre à se rajeunir et on stimule sa production de fruits.
Aussi, le dessèchement atteint la branche ou le rameau dans son intégralité, jusqu’au point de jonction avec la structure de l’arbre. C’est donc de l’élément entier qu’il faut le débarrasser.

Application pratique
Si enlever les fruits momifiés se fait manuellement sans geste particulier, la suppression des bois morts exige l’emploi d’un coupe branches et d’un sécateur convenablement aiguisés.

Branches et rameaux secs seront coupés dans leur totalité. Il faut que la coupe soit franche et nette. Il ne faut pas laisser de « chicot » propice aux maladies et aux parasites, ni couper trop court en égratignant le col et/ou l’écorce.

Les bois supprimés seront brûlés.
Il ne reste plus qu’à attendre l’hiver et la dormance des arbres pour opérer une taille bienfaitrice.


› Le calendrier de la taille des arbustes
Qui a dit qu’il fallait tailler les arbustes en novembre ?
C’est en partie vrai, mais faux pour la plus grande partie des arbustes.

Tout dépend de la nature de l’arbuste.
Les arbustes dont la floraison est printanière comme les lilas ou les forsythias seront taillés à la fin du printemps, juste après leur floraison. Dans leur cas, les fleurs se développent sur les bois de l’année passée, il ne faut donc pas les supprimer.

Au contraire, les arbustes qui fleurissent l’été seront taillés en février, mars, juste à la fin de l’hiver de façon à ce que poussent de jeunes bois.

Pour eux, en effet, ce sont les nouvelles tiges qui portent les fleurs.




› Tailler les haies avant l’hiver
Pour que les haies gardent leur forme toute l’année, il faut les tailler deux fois par an, mais pas à n’importe quel moment, ni n’importe comment.
Les deux temps de la taille des haies

Mur végétal, les arbustes qui composent la haie ont deux temps de croissance : la pousse du printemps et l’activité de fin d’été. Par conséquent, c’est à la fin de ces deux cycles que l’on supprime les branches exubérantes qui déforment la haie.

S’agissant d’une haie de conifères, d’arbustes caducs ou persistants, la fin de la première floraison se situe entre mai et juin. La deuxième période de taille s’étend de la fin août jusqu’au début du mois d’octobre.

Les outils adéquates
La grande cisaille à main est l’emblème des outils de taille des haies. Cependant, la manœuvre est épuisante et les longs mètres de haie qui vous attendent deviennent rapidement décourageants.

Si longueur et hauteur de haie ne sont pas négligeables autant essayer le taille-haie dans un modèle thermique ou électrique. Pour faire son choix entre les deux modèles, il vaut mieux commencer par les louer pour se rendre compte de l’aisance du maniement. Un taille-haie thermique est puissant mais il est plus exigeant en termes d’entretien.

Lorsqu’il faut intervenir avec précision sur la haie ou en son centre, seul le sécateur est efficace, pour peu qu’on en possède de plusieurs tailles afin de ne pas abîmer les plus précis en coupant des branches trop épaisses.


› Tailles d'été

Si pour la plupart des végétaux la taille est pratiquée en hiver, certains arbustes requièrent une taille en été.

Il s’agit pour l’essentiel des plantes grimpantes qui sont volubiles et des arbustes de forte expansion tels que le weigelia, arbuste vigoureux et d’une floraison de clochettes abondante.


Plus de mystère pour la floraison des glycines

Choyées par excès, les glycines sont noyées dans un sol débordant d’azote et ne sont taillées que timidement. Résultat, le feuillage est superbement développé… mais point de fleurs. Tout au contraire, pour les voir fleurir, il faut pratiquer deux tailles sévères en janvier et en juillet.

En janvier, il ne faut pas craindre de rabattre tout l’arbuste à 15cm des branches principales. Ou alors, pour structurer la taille, on peut ne couper que les rameaux latéraux et les pousses secondaires pour ne préserver que 5 à 6 bourgeons.
En juillet, il s’agit seulement d’éclaircir le magnifique arbuste. Cela stimulera le développement des « yeux » qui forment les fleurs de l’année suivante et contiendra son expansion.
Lorsqu’il s’agit d’un jeune plant de glycine, il est fréquent que la première floraison n’apparaisse que 5 ans plus tard.

Pas de taille sévère pour les clématites
Les clématites printanières sont taillées dès que leurs fleurs sont fanées, en plein été. La taille consiste à raccourcir les rameaux en les coupant au-dessus de 2 yeux pour générer de nouvelles pousses.

Il s’agit également de supprimer les rameaux mal placés. Cela suffit pour tonifier la floraison de l’année suivante et ôter l’aspect fouillis de l’arbuste.
Pour les variétés de clématites à floraison tardive, il faut les tailler en mars et les couper un peu plus court pour favoriser la croissance des nouvelles branches qui portent la floraison.

La taille de l’abondant Weigelia
Le weigelia est recherché pour sa floraison spectaculaire et sa croissance rapide. Il demande peu de soin et pousse sous tous les climats tant il est rustique et résistant aux parasites.
D’un naturel envahissant, la taille intervient en juillet, une fois passé sa floraison qui a démarré en mai. Il arrive parfois qu’il produise à ce moment une seconde floraison, mais moins abondante. Comme rien ne presse, la taille de l’arbuste sera différée.

La taille va le maintenir dans une forme stylisée et le libérer d’un excès de feuillages et de branches qui finissent par gêner sa floraison.
Les rameaux qui ont produit des fleurs seront coupés et on supprime tout ce qui est au dessus des nouvelles pousses en ne laissant qu’un centimètre de plus.

Les tiges les plus anciennes qui ne fleurissent plus et encombrent la touffe seront supprimées avec les rameaux les plus faibles et les bois morts.


Infos Légales | Conception | Nous contacter
Pépinières de Marnay - 1 Rue Léon Paget - 70150 MARNAY Tél. : 03 84 31 95 77
E-mail : Nous contacter - Site web : www.pepinieres-marnay.com
Pépinières de Marnay - 1 Rue Léon Paget - 70150 MARNAY - Tél. : 03 84 31 95 77